L'hôtel de Mayenne et l'école des Francs-Bourgeois



- 1312, Louis 1er de Bourbon, petit-fils de Saint-Louis, achète l'hôtel du Petit-Musc.

- 1588, le mignon Quélus agonise durant un mois dans l’hôtel dit alors de Boissy et Henri III, roi de France, vient le visiter chaque jour, jusqu’à sa mort.

- 1595, Charles de Lorraine, Duc de Mayenne, chef de la Sainte Ligue, se rallie à Henri IV ; ce qui met fin aux terribles guerres de religion entre catholiques et protestants.

- 1605, grâce en partie à la somme reçue pour la soumission au Roi, Charles de Mayenne acquiert le vieil hôtel du Vidame de Chartres, situé sur la voie royale conduisant de la Porte Saint-Antoine au Louvre. Il engage une politique de grands travaux (pavillons sur rue et escalier d'honneur).

- 1705, le Prince de Vaudémont, frère de la propriétaire Mme de Lillebonne, charge Germain Boffrand de remettre l'hôtel au goût du jour (frises, trumeaux...).

-1759, la famille d’Ormesson devient propriétaire de l’hôtel que vend la dernière descendante de la famille de Lorraine, la Comtesse de Marsan appelée au Louvre comme gouvernante des enfants de Louis XV.

-1812, Joseph Favart, libraire, achète l’hôtel pour en faire une institution scolaire qui cesse d’exister en 1870.

- 1870, tout en conservant son nom d’école commerciale des Francs-Bourgeois, l'école fondée au 26 rue des Francs-Bourgeois par le Frère Joseph Josserand en 1843 emménage dans l'hôtel de Mayenne au 21 rue Saint-Antoine.

(Pour en savoir plus : Exposition Frère Joseph Josserand, directeur de l’école des Francs-Bourgeois, Supérieur général des Frères des Ecoles Chrétiennes )

- A la fin du XIXème siècle, le marquis du Bourg de Bozas, par son mariage avec Adèle Favart devient propriétaire de l’hôtel de Mayenne.

- 1971 l’hôtel de Mayenne est acheté aux consorts du Bourg de Bozas par l’A.E.P (Association d’Education Populaire), ce qui garantit ainsi à l’école son maintien rue St Antoine et lui permet de poursuivre sa mission dans la tradition lasallienne.

-1984, acquisition par l’A.E.P de l’immeuble du 3 rue de Béarn, aujourd’hui annexe du lycée.

- 2012, à la demande des Monuments Historiques, l'hôtel retrouve sa forme du XVIIème siècle. L’ensemble de l'établissement est mis aux normes.

Fidélité créatrice !












Au XIXème, les Frères des Écoles Chrétiennes fondèrent les Francs-Bourgeois, un cours commercial capable d'offrir un cycle d'études très adapté à l'essor du commerce et de l'industrie, puis la «Maison de famille» et le «Cercle», salon connu alors de loisirs, de culture et d'échanges.
Dans le sillage de ces audaces éducatives, la récente rénovation de l'établissement traduit notre volonté de développer, au cœur du Paris historique, notre projet de formation humaine et spirituelle en réponse aux besoins des enfants et des jeunes de notre temps.
Un défi toujours neuf, relevé dans une fidélité créatrice aux intuitions pédagogiques de Saint Jean-Baptiste de La Salle

Jean-Paul Aleth, Ancien élève des Francs-Bourgeois, Frère des Écoles Chrétiennes et Visiteur-Provincial de France.
Remonter